Football et Reprise de l’Entraînement Collectif : Quelle Préparation Physique Avant le Championnat ?

La reprise de l’entraînement approche à grand pas, vos joueurs vont revenir plus ou moins en forme, voici des connaissances nouvelles pour arriver prêt le jour du premier match de championnat.

La première étape pour un effectuer un retour à l’entraînement efficace va être de planifier sa reprise.

Qu’est-ce que la planification ? Elle peut se définir comme étant la mise en place d’un programme d’entraînement, à court et à long terme, jouant sur les charges d’entraînement et incorporant des périodes de repos et de récupération adéquates.

Par conséquent la planification aura un aspect flexible. La charge réellement imposée aux joueurs le jour de l’entraînement et le repos nécessaire post-séance dépend de beaucoup de facteurs qui ne peuvent être connus qu’à l’instant en question. Chaleur, qualité de sommeil, état d’hydratation, nutrition ou encore état d’anxiété sont autant de facteurs à prendre en compte pour moduler la planification établie.

La planification n’est donc pas quelque chose de rigide, mais plutôt un cadre à l’intérieur et autour duquel peut être formulé un programme spécifique pour une situation spécifique.

Ensuite, avant de se lancer dans notre planification, il faut bien garder à l’esprit qu’il s’agit d’une période particulière de la saison et qu’il faudra la gérer avec précaution.

En effet, la gestion des charges d’entraînement à ce moment de la saison aura une incidence accrue vis-à-vis du risque de blessures. On sait grâce à la littérature scientifique, qu’il y a un risque de blessure accrue quand :

  • il y a une intensification de la charge d’entraînement
  • il y a une exposition ponctuelle à une charge d’entraînement inhabituelle
  • il y a une accumulation de charges d’entraînement importantes

L’augmentation de la charge d’entraînement se doit d’être progressive. Les premières séances se réalisent à des intensités modérées. Puis, l’augmentation des charges d’entraînement ne devrait pas être supérieure à 10 % par semaine. Cependant, il est nécessaire durant la préparation de finir par atteindre des charges d’entraînement très élevées. Il faut à la fois être capable d’augmenter précautionneusement les charges d’entraînement, tout en permettant aux joueurs d’être exposé à de fortes charges de travail, car des charges d’entraînements élevées (et spécifiques) vont permettre une protection contre la survenue de blessures, et un bienfait pour la performance en compétition.

Cette augmentation des charges d’entraînement se fera en deux étapes. Nous jouerons sur le volume d’entraînement dans un premier temps, pour ensuite augmenter la charge par l’intensité.

Passons maintenant à la planification en elle-même.

Il est encore compliqué d’un point de vue scientifique de mettre en évidence les conséquences sur la performance d’un modèle de planification en particulier, étant donné le nombre important de facteurs à prendre en compte (physique, psychologique, nutritionnel, technique, …). Les planifications les plus utilisées sont donc construites autour d’un modèle traditionnel, qui est néanmoins le plus flexible possible, compte tenu des éléments modernes de suivi de l’entraînement.

Par ailleurs, la littérature scientifique nous permet de disposer d’informations sur les performances d’une équipe en début de championnat et leurs conséquences sur le classement final. Il s’avère que plus le début de championnat d’une équipe est réussi, plus celle-ci augmente ses chances de bien figurer au classement final. Et cette relation est encore plus vraie pour les équipes les plus modestes, celles qui ont le plus de chances de terminer dans le bas ou la moitié du tableau. Il est donc encore plus crucial pour ce type d’équipe de réussir un bon début de championnat, là où les plus grosses équipes peuvent se permettre d’être un pue moins performant en début de saison. Il en résulte donc plusieurs stratégies possibles pour la préparation de début de saison, en fonction de l’équipe que l’on entraîne.

L’exemple de planification proposée ci-dessous est donc construit selon un modèle traditionnel et choisi avec pour objectif d’amener les joueurs à une forme optimale pour la première journée de championnat.

Phase d’augmentation du volume d’entraînement ( semaines 1 et 2 )

Durant ces deux premières semaines, le focus se fera sur l’augmentation du volume d’entraînement. L’augmentation du volume d’entraînement peut se faire de deux façons différentes et complémentaires : l’augmentation de la durée des séances et l’augmentation du nombre de séances. En fonction des possibilités nous passerons de une à deux séances par jour, puis nous augmenterons ensuite la durée des séances. Les premières séances ne devraient pas durer plus d’une heure, tandis que les séances les plus longues de cette phase pourront atteindre les 2 heures.

Les séances d’entraînement en endurance durant cette période se feront à des intensités sub-maximales (inférieures à la VMA), voire maximales (à VMA) sur la fin de cette phase.

Les séances de musculation se feront dans un objectif d’amélioration de l’endurance musculaire en travaillant avec des charges légères, où même à poids de corps, selon le public visé.

Quant au travail de vitesse, il n’est pas encore abordé à proprement parler durant cette phase. Cependant, à partir de la fin de la première semaine, il sera bon de commencer à proposer un court travail de vivacité avec des distances de course n’excédant pas les 2 ou 3 mètres. L’objectif est de « remettre en route » tout un circuit nerveux qui n’a pas été sollicité durant plusieurs semaines.

En ce qui concerne les matchs amicaux, le temps de jeu des joueurs y prenant part ne devrait pas se situer au-delà de 45 minutes dans un premier temps, puis 60 minutes par la suite.

Phase d’augmentation de l’intensité d’entraînement ( semaines 3 et 4 )

Durant cette phase, l’objectif sera de maintenir le haut volume d’entraînement atteint durant la phase précédente, tout en augmentant progressivement les intensités d’entraînement.

Les séances d’entraînement en endurance pourront cette fois se faire à des intensités supra-maximales (supérieures à la VMA) et inclure petit à petit des éléments comme les changements de direction ou encore les bondissements.

Le travail en musculation aura, quant à lui, pour but de développer la force musculaire des joueurs. Les charges utilisées commenceront à être de plus en plus importantes (en tout cas pour un public adulte) et différentes méthodes pourront être utilisées pour atteindre l’objectif d’amélioration de la force. Ces méthodes méritent d’être présentées en détail dans un article qui y sera consacré.

Le travail de vitesse se limitera toujours à la proposition faite dans la première phase, mais fera cette fois partie intégrante des routines d’échauffement et de veille de match.

À l’occasion des matchs amicaux, les temps de jeux devraient maintenant se situer aux alentours des 75 minutes et pourront atteindre les 90 minutes sur la fin de cette phase.

Phase d’affûtage ( semaines 5 et 6)

La période d’affûtage se définit comme étant “une réduction progressive de la charge d’entraînement durant un moment donné, avec pour but de diminuer le stress physiologique et psychologique de l’entraînement journalier et ainsi optimiser la performance sportive”.

La charge d’entraînement en semaine 6 sera ainsi réduite d’environ 40 % par rapport à la charge d’entraînement de la semaine 4. Cette réduction se fait par une diminution du volume d’entraînement (diminution de la durée d’entraînement, mais pas nécessairement de la fréquence) tout en maintenant l’intensité de celui-ci.

L’entraînement en endurance se fera donc toujours à des intensités très élevées et il sera d’autant plus important de proposer des contenus étant les plus spécifiques possibles, que ce soit en terme de temps d’efforts et de récupérations qu’en terme de nature des efforts exigés et de la nature des récupérations qui leurs sont associées.

Le travail de musculation sera construit de la même manière que lors de la phase précédente, avec la possibilité d’augmenter encore un peu les charges utilisées (et donc l’intensité de travail) durant la semaine 5. Cependant, un arrêt de l’entraînement en musculation environ 4 jours avant le début du championnat sera nécessaire afin de permettre une récupération de la fatigue neuro-musculaire induite par ce type d’entraînement.

Le travail de vivacité demeurera semblable à celui réalisé lors des routines d’échauffement et de veille de match précédentes.

À ce propos, la période d’affûtage sera aussi celle durant laquelle vous perfectionnerez vos routines de match. Il s’agit là des « dernières répétitions ». En effet, il est plutôt déconseillé de changer une routine en match officiel sans l’avoir testé auparavant en match amical ou à l’entraînement. Il s’agit donc de valider une dernière fois si les choix de routines (stratégies d’échauffement, d’hydratation, de ré-échauffement à la mi-temps, de récupération post-match,…) sont les bons pour la saison à venir.

Toujours dans ce sens, les matchs doivent maintenant être considérés de la même manière que des matchs de compétitions. Les joueurs devraient maintenant jouer 90 minutes, surtout ceux étant pressentis comme potentiels titulaires pour la première journée de championnat.

Conclusion

La période de reprise est une période à préparer avec grand soin pour une saison réussie et pour la création d’une dynamique positive en terme de performances sportives.

Cette période est celle durant laquelle les joueurs sont exposés aux charges de travail les plus élevées de la saison. Il est donc nécessaire d’être flexible dans son approche, d’être à l’écoute de ses joueurs et de mettre en place un suivi des charges d’entraînement et de l’état de fatigue de vos joueurs (l’échelle RPE, les GPS, les questionnaires d’humeur, de qualités de sommeil et d’hydratation et nutrition sont autant d’outils existants pour vous aider dans cette tâche).

De plus, cette gestion des charges d’entraînement et leur intensification durant la reprise seront inévitablement accompagnées d’un travail de prophylaxie. Ce travail qui vise à diminuer le risque de blessures devra aussi être adaptée à la surface de jeu.

Enfin, il est nécessaire aussi durant cette période, de mettre en place des stratégies de récupération importantes pour permettre un entraînement de la meilleure qualité possible. Ce dernier point devrait être le sujet à part entière d’un article à venir.

Bibliographie

Bruno Marrier, Julien Robineau, Julien Piscione, Mathieu Lacome, Alexis Peeters, Christophe Hausswirth, Jean-Benoît Morin, Yann Le Meur, Supercompensation Kinetics of physical qualities during a Taper in Team Sport Athletes, International journal of sports physiology and performance 12(9):1–24 · January 2017

Inigo Mujika, Shona Halson, Louise M. Burke, Gloria Balagué, and Damian Farrow, An Integrated, Multifactorial Approach to Periodization for Optimal Performance in Individual and Team Sports, International Journal of Sports Physiology and Performance, 2018, 13, 538–561

Otero-Esquina, Carlos & de Hoyo, Moisés & Gonzalo-Skok, Oliver & Domínguez-Cobo, Sergio & Sánchez, Hugo. (2017). Is strength-training frequency a key factor to develop performance adaptations in young elite soccer players?. European Journal of Sport Science.

Suchomel, Timothy & Nimphius, Sophia & Bellon, Christopher & Stone, Michael. (2018). The Importance of Muscular Strength: Training Considerations. Sports Medicine.

Jan Ekstrand, Daniel Lundqvist, Lars Lagerbäck, Marc Vouillamoz, Niki Papadimitiou, Jon Karlsson, Is there a correlation between coaches’ leadership styles and injuries in elite football teams? A study of 36 elite teams in 17 countries, BJSM Online First, published on October 22, 2017.

Pritchard, Hayden, Barnes, Matthew, Stewart, Robin, Keogh, Justin, McGuigan, Michael, Short-Term Training Cessation as a Method of Tapering to Improve Maximal Strength, Journal of Strength and Conditioning Research: February 2018 — Volume 32 — Issue 2 — p 458–465.

Carlos Lago-Peñas & Jaime Sampaio (2015) Just how important is a good season start? Overall team performance and financial budget of elite soccer clubs, Journal of Sports Sciences, 33:12, 1214–1218

Jones, C.M., Griffiths, P.C. & Mellalieu, S.D, Training Load and Fatigue Marker Associations with Injury and Illness: A Systematic Review of Longitudinal Studies, Sports Med (2017) 47: 943.

Gabbett, Tim & Hulin, Billy & Blanch, Peter & Whiteley, Rod. (2016). High training workloads alone do not cause sports injuries: How you get there is the real issue. British Journal of Sports Medicine. 50.

Tim J Gabbett, The training-injury prevention paradox: should athletes be training smarter and harder?, BJSM Online First, published on January 12, 2016.

Cristiano Eirale & Jan Ekstrand, Epidemiology of injury in football, Aspetar Journal of Sport Medicine, 2013.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*